La prévention des maladies cardiovasculaires avec un régime méditerranéen

Le régime méditer­ranéen tra­di­tion­nel se car­ac­térise par une forte con­som­ma­tion d’huile d’olive, de fruits, de légumes et céréales, une con­som­ma­tion mod­érée de pois­sons et de volailles, une faible con­som­ma­tion de pro­duits laitiers, de vian­des rouges, vian­des trans­for­mées, et des sucreries et du vin avec mod­éra­tion con­som­mé avec les repas.

Régime méditerranéen

D’après des études le régime méditer­ranéen a tou­jours été béné­fique en ce qui con­cerne les risques car­dio­vas­cu­laires. Une revue a classé le régime méditer­ranéen comme le mod­èle ali­men­taire le plus sus­cep­ti­ble de fournir une pro­tec­tion con­tre la mal­adie coro­nar­i­enne (mal­adie du cœur.)

De petits essais clin­iques ont mis en évi­dence les mécan­ismes biologiques pos­si­bles pour expli­quer les effets béné­fiques de ce mode d’alimentation.

Les chercheurs ont conçu un essai (Essai ran­domisé con­trôlé, ERC) pour tester l’efficacité de deux régimes méditer­ranéens : un com­plété avec de l’huile d’olive extra-vierge et un autre com­plété avec des noix, par rap­port à un régime de con­trôle (con­seils sur une ali­men­ta­tion faible en gras), sur la préven­tion car­dio­vas­cu­laire.

Les ali­ments com­plé­men­taires util­isés dans l’essai, y com­pris l’huile d’olive extra vierge, les noix, les aman­des et les noisettes venaient d’Espagne.

La sélection des participants

Les par­tic­i­pants admis­si­bles étaient des hommes (de 55 à 80 ans) et des femmes (de 60 à 80 ans) sans mal­adie car­dio-vas­cu­laire lors de l’inscription, qui avaient soit des dia­bètes de type 2 (dia­bète sucré) ou au moins trois des prin­ci­paux fac­teurs de risque suiv­ants: tabag­isme, hyper­ten­sion , des niveaux élevés de cholestérol des lipopro­téines de basse den­sité, de faibles niveaux de cholestérol des lipopro­téines de haute den­sité, le sur­poids ou l’obésité ou des antécé­dents famil­i­aux de mal­adie car­diaque coro­n­aire pré­maturée.

La taille de l’échantillon était de 7447 par­tic­i­pants, avec l’hypothèse d’une péri­ode de 6 ans de suivi. D’octobre 2003 à Juin 2009, un total 7447 ont été assignés au hasard à l’un des trois groupes d’étude.

À compter du 1er Octo­bre 2003, les par­tic­i­pants étaient affec­tés au hasard dans l’un des trois groupes d’intervention ali­men­taires : un régime méditer­ranéen com­plété avec de l’huile d’olive extra vierge, un régime méditer­ranéen com­plété avec des noix, ou un con­trôle ali­men­taire.

Interventions et Mesures

Les par­tic­i­pants des deux groupes des régimes méditer­ranéens ont reçu soit de l’huile d’olive extra-vierge (env­i­ron 1 litre par semaine) ou 30 g de noix mélangées par jour (15 g de noix, 7,5 g de noisettes et 7,5 g d’amandes). Aucune restric­tion calorique total a été infor­mée, ni l’activité physique a été pro­mue.

Pour tous les par­tic­i­pants, les diététi­ciens ont ini­tié des ses­sions de for­ma­tion sur les régimes ali­men­taires qu’ils devaient suiv­re à la vis­ite ini­tiale et ensuite tous les trimestres. À chaque séance, les diététi­ciens  éval­u­aient le respect des régimes et don­naient des con­seils per­son­nal­isés aux par­tic­i­pants.

Résultats

Dans cette étude, con­traire­ment à un régime de con­trôle (con­seils sur une ali­men­ta­tion faible en gras) un régime méditer­ranéen avec énergie illim­itée com­plété avec soit de l’huile d’olive extra-vierge ou des noix a entraîné une réduc­tion du risque absolu d’environ 3 événe­ments car­dio­vas­cu­laires majeurs pour 1000 per­son­nes-années, soit une réduc­tion d’environ 30% du risque relatif, chez les per­son­nes à haut risque qui étaient ini­tiale­ment indemnes de la mal­adie car­dio­vas­cu­laire. Ces résul­tats con­fir­ment les bien­faits des deux régimes méditer­ranéens pour la réduc­tion du risque car­dio­vas­cu­laire. Ils sont par­ti­c­ulière­ment per­ti­nents étant don­né les défis de la réal­i­sa­tion et le main­tien de la perte de poids.

Les résul­tats de l’étude pour­raient expli­quer, en par­tie, la baisse de la mor­tal­ité car­dio-vas­cu­laire dans les pays méditer­ranéens.

Le risque d’AVC a été réduit de manière sig­ni­fica­tive dans les deux groupes des régimes méditer­ranéens.

Les chercheurs ont trou­vé que l’huile d’olive extra-vierge et les noix étaient prob­a­ble­ment respon­s­ables de la plu­part des avan­tages observés des régimes méditer­ranéens.

Conclusion

En con­clu­sion, dans cette étude de préven­tion pri­maire, les chercheurs ont observé qu’un régime méditer­ranéen à énergie illim­itée, com­plétée avec de l’huile d’olive extra-vierge ou des noix, a entraîné une réduc­tion sub­stantielle du risque d’événements car­dio­vas­cu­laires majeurs chez les per­son­nes à haut risque. Les résul­tats con­fir­ment les bien­faits du régime méditer­ranéen pour la préven­tion pri­maire des mal­adies car­dio­vas­cu­laires.

Source : The New Eng­land Jour­nal of Med­i­cine


Laisser un commentaire