Pour un café parfait

  • Views 2055
  • Likes
  • Rat­ing 12345

Vous en con­som­mez un, deux ou plus chaque matin. Il vous aide à vous réveiller, par­fois à démar­rer la journée du bon pied. Partout dans le monde, il gagne en pop­u­lar­ité. On par­le bien sûr du café.

Café

Un bon café?

Mais pourquoi les gens cherchent-ils un très bon café? La réponse dif­fère d’une per­son­ne à l’autre.

Pour les uns, c’est ce coup de fou­et mati­nal qui leur donne de l’énergie pour toute la journée. Pour d’autres, c’est la touche finale à un bon repas. Il y a aus­si le café rassem­bleur, celui qu’on déguste avec des col­lègues de bureau ou avec son parte­naire de vie, sur le bal­con ou la ter­rasse, au petit matin. Cer­tains optent pour le café stim­u­lant qui per­met d’allonger la journée de tra­vail ou qui garde éveil­lé, lorsque le besoin s’en fait sen­tir. Enfin, il y a le café fes­tif : celui qui se déguste entre amis. Il se doit d’être par­fait pour faire ressor­tir le côté bon vivant de l’hôte et de ses invités.

Quel café?

Depuis quelques années, choisir son grain de café est pra­tique­ment devenu un art. Ici, la méth­ode essai/erreur et les con­seils de vos amis vous seront prof­ita­bles.

Pour trou­ver « votre café », vous devrez sans doute en goûter plusieurs, vous con­tenter par­fois d’un goût moyen, d’un café plus amer ou plus velouté, avec ou sans accent de noisette, avant de décou­vrir celui qui tit­illera vos papilles.

Puis, vous devrez sélec­tion­ner la mou­ture idéale, celle qui ne vous don­nera un café ni trop faible, ni trop amer. Elle varie selon le type de graine et la machine util­isée.

Un grain précieux

Mais s’il est un aspect nég­ligé, c’est bien l’entreposage de vos grains de café. Sachez que le café est un ali­ment. Il doit être traité comme tel. Dans un con­tenant her­mé­tique, il se con­serve 5 jours à la tem­péra­ture ambiante, 15 jours au réfrigéra­teur et deux ans au con­géla­teur. Hé oui, le froid bloque les arômes à l’intérieur même de la fève. Il vous suf­fit alors de prélever la quan­tité quo­ti­di­enne néces­saire et de moudre la fève tor­ré­fiée.

L’art du café

Un bon café doit respecter qua­tre critères pour être équili­bré :

l’arôme
la force
l’acidité
l’équilibre

Les experts recom­man­dent donc plus ou moins 45 grammes de café pour un litre d’eau. Cette dernière doit être fraîche, non chlorée ni trop cal­caire. Le café doit être servi rapi­de­ment. Il vous faut aus­si net­toy­er régulière­ment votre cafetière ou votre machine à expres­so, en évi­tant les pro­duits ménagers qui pour­raient laiss­er un goût amer.

Et la machine…

Il vous faut égale­ment choisir la bonne machine qui infusera votre café. Là encore, tout dépend de vos goûts per­son­nels. Mais la diver­sité de mod­èles offerts sur le marché a de quoi sur­pren­dre.

La cafetière fil­tre (pro­gram­ma­ble ou non)

Pour les gros buveurs, les gens pressés et ceux qui aiment se réveiller avec l’odeur du café.
Le per­co­la­teur

De moins en moins util­isé, muni d’un fil­tre en alu­mini­um qui sur­monte une tige.

La cafetière à pis­ton

Celle dans laque­lle vous met­tez un bon café moulu et de l’eau chaude (de type Bodum)

La cafetière à pres­sion

Fab­riquée en deux par­ties, que vous met­trez sur le feu. Atten­tion de ne pas vous brûler.

La machine à expres­so

Offerte dans une mul­ti­tude de mod­èles et à des prix qui vari­ent d’une cen­taine à quelques mil­liers de dol­lars. Cer­taines sont munies d’une meule pour moudre la quan­tité exacte de café désirée. À con­sid­ér­er pour un expres­so ou un cap­puc­ci­no délec­table.

La machine à dosette

La dernière née, la machine à dosette, vous offrira un café ayant tou­jours le même goût, sans qu’il soit néces­saire de le moudre. Elle ne demande ni con­nais­sances par­ti­c­ulières, ni manip­u­la­tion com­pliquée. Toute­fois, le prix des dosettes est net­te­ment plus élevé que le prix du café acheté en vrac.

Bois­son mati­nale par excel­lence, le café occupe une place de plus en plus grande dans la vie des êtres humains. Même les Chi­nois, pour­tant grands ama­teurs de thé, n’échappent pas à l’engouement mon­di­al. Qui plus est, des brû­leries, des cafés, offrent même des cours de for­ma­tion. On est bien loin du liq­uide brunâtre au goût d’eau de vais­selle servi dans cer­tains restau­rants.


One thought on “Pour un café parfait

Laisser un commentaire